Important

 

Avez-vous déjà présenté votre Book à un client/éditeur, lors d’un rendez-vous, en étant dans le flou total concernant sa composition et son efficacité?

Dois-je ajouter un maximum d’images? Faut-il que je les commente? Faut-il présenter plusieurs styles pour montrer l’étendue de mes possibilités? Combien de projets différents dois-je inclure?

Vous savez donc qu’un book composé  « au feeling » a toutes les chances de gâcher votre entretien et vos chances d’être publié un jour ou de travailler avec un client.

Que vous soyez issu d’école d’Art ou non, suivez ces conseils si vous souhaitez obtenir des résultats positifs et concrets.

Téléchargez cet article en PDF pour une lecture pratique

Oui, je veux télécharger le Guide!

*Important : ces conseils s’adaptent aux illustrateurs mais aussi aux photographes, graphistes. Aussi, j’utiliserai de manière interchangeable les termes « éditeur » et « client ».

Cet article propose un point de vue peu conventionnel à l’efficacité prouvée.

Vous y découvrirez :

  1. les 5 piliers essentiels pour réussir vos entretiens avec des éditeurs/clients, et qui m’ont permis d’obtenir mon tout premier contrat avec les Editions Casterman.
  2. les erreurs à ne surtout pas commettre
  3. une fiche pratique afin d’améliorer votre book dès aujourd’hui

Un Book efficace

Une limite de temps bien réelle

Il est essentiel de réaliser que, pour être efficace, votre book doit permettre à votre interlocuteur de connaître votre travail et les perspectives qu’il propose en très peu de temps. L’attention de votre interlocuteur est très limitée.

Prendre en compte l’importance du contexte

Cette attention peut être encore réduite selon le contexte : en effet, plus il est compétitif plus l’attention de votre interlocuteur sera divisée.
C’est le cas si vous démarchez les éditeurs par exemple au salon du Livre jeunesse de Montreuil et qu’un grand nombre d’illustrateurs sont “passés en revue” avant et après vous.

Au bout de combien de temps allez-vous perdre l’attention de l’éditeur?

Voici les contraintes que vous devez absolument garder en tête :

  • Certains diront que la durée d’attention de l’éditeur lors d’un entretien avoisine les 8–13 minutes. Mon expérience prouve qu’il s’agit plutôt de 2–3 minutes. Au-delà de ces 3 minutes, l’opinion de l’éditeur est déjà forgée et s’il ne dit rien c’est tout simplement qu’il ne souhaite pas vous blesser.
  • La première impression, celle qui va déterminer la direction de l’entretien, se fait dans les 3 premières secondes. Si la première impression est négative, vous n’avez que très peu de chances de retourner la situation.

Il n’en faut pas plus à un éditeur pour savoir s’il souhaite travailler avec une personne ou pas.

Retenez-donc la phrase suivante :

Le première impression dirige votre entretien et se forge durant les 3 premières secondes. Vous avez ensuite 2 minutes pour confirmer cette première impression.

Comment améliorer votre Book, dès aujourd’hui

Maintenant que vous connaissez les contraintes principales, comment en faire un réel avantage pour la création et l’agencement de votre Book?

Voici les trois principes essentiels permettant d’augmenter l’efficacité de votre Book et tenant compte de ces contraintes :

  1. Sélectionner un ensemble d’images cohérentes et ciblées (chaque image doit mériter sa place dans votre sélection)
  2. Valoriser chacune de ces images (attirer l’attention)
  3. Augmenter (prolonger) l’attention de l’éditeur grâce à certaines stratégies

Comptez-vous également sur votre Book en ligne pour démarcher?

Réussir son Book en ligne

Comment réussir votre Book en ligne

Une méthode efficace et pratique pour constituer un Book qui vous représente, valoriser votre travail et séduire les éditeurs.

→ Améliorez votre Book en ligne

 

Respectez les 5 piliers décrits ci-dessous afin d’améliorer radicalement votre Book dès aujourd’hui.

1. La Sélection des Images : Chaque Image doit Absolument Mériter sa Place

C’est l’aspect le plus important : Chaque image doit MERITER sa place.

Votre Book n’a surtout pas pour but de retracer votre parcours artistique.
Au contraire, votre Book doit proposer une sélection pertinente et limitée en nombre d’images.

Pourquoi « Limitée »?

Tout d’abord si vous proposez des images dont l’intérêt (thématique, graphique) est inégal, les images les moins valorisantes vont diminuer l’intérêt des images les plus pertinentes. Il est donc important de supprimer les images dont le niveau ne vous parait pas suffisamment élevé car plutôt que d’étoffer votre sélection, elles nuisent à votre Book.

Ensuite, si vous proposez des images en trop grand nombre (et même si elles vous paraissent toutes de qualité égale), l’intérêt général de la sélection va être diminué par le temps nécessaire à la parcourir. Un trop grand nombre d’images de haute qualité peut nuire à votre Book : effectuez une sélection basée sur la pertinence des images en adéquation avec la ligne éditoriale de l’éditeur que vous allez rencontrer.

Sur quels principes faut-il se baser pour limiter une sélection efficacement?

La sélection doit être pertinente. Pour être pertinente, elle doit respecter les deux règles suivantes :

  1. être cohérente -> il existe un fil conducteur thématique et graphique qui lie cette sélection de manière logique et harmonieuse.
  2. être ciblée -> la sélection est en parfaite adéquation avec les objectifs de l’éditeur et les vôtres. C’est sur l’alignement de vos objectifs et de ceux de l’éditeur que repose la pertinence de votre sélection.

Peut-on présenter plusieurs styles dans le même book?

Oui, en prenant certaines précautions.

Je ne présenterais personnellement pas plus de deux styles dans le même book.

De toute évidence, il est peu probable qu’un éditeur soit intéressé par plus de deux styles : et ceci est déterminé par vos démarches en amont (bien cibler un éditeur, agencer son Book en fonction de ses attentes et de vos propositions).

Un Book c’est comme un cv, une correspondance, il s’adapte à son interlocuteur.

Peut-on proposer des textes?

Oui… et non.

Un portfolio constitue une première amorce afin de tester l’intérêt de votre client potentiel/éditeur pour votre travail, et que vous testiez vous-même votre intérêt pour cette collaboration (important : c’est une évaluation à double sens). S’il désire en savoir plus, cela se fera dans un deuxième temps.

Vous pouvez donc proposer un texte mais il n’aura vraisemblablement pas le temps de le lire.
Ou bien s’il le lit, ce sera du temps qu’il ne passera pas à regarder vos images (car son attention chutera inévitablement, n’oubliez pas).

Ce que vous pouvez faire : résumez votre histoire en trois lignes maximum articulant les éléments principaux de l’histoire et présentant un élément narratif provoquant la curiosité :

  • Si votre histoire ne peut se résumer en trois lignes, c’est que vous n’avez pas réussi à en extraire l’essence et que vous devez encore travailler cet aspect.
  • L’élément de curiosité donnera à l’éditeur l’envie d’en savoir plus. S’il ne demande rien à ce sujet, c’est que le thème de l’histoire ne présente que peu d’intérêt à ses yeux.
  • Ne proposez pas de texte seul dans votre portfolio. Pour lui donner sa chance, proposer une présentation (extrêmement condensée) de votre histoire accompagnant des images de votre Book.

Composez efficacement votre Book dès maintenant en suivant les conseils suivants :

  1. Votre portfolio ne doit pas comporter plus de 20 images
    (5 par style, 3 styles maximum, avec une marge de quelques images).
    Ces chiffres sont choisis de manière arbitraire afin de vous donner un point de départ, à vous d’ajuster en fonction de votre cas particulier et des retours des éditeurs.
  2. Vous ne devez pas présenter plus de 3 styles différents.
    Au-delà, cela peut être être perçu comme de l’inconstance (« Cet artiste se cherche encore« ). Que cela soit vrai ou pas n’a pas d’importance : ce qui importe c’est la manière dont votre Book est perçu.
  3. Vous ne devez pas présenter moins de 4 images par style.
    En dessous de 4 images, ce n’est pas un style que vous présentez mais « des essais« , « vous vous cherchez« .
  4. Vous ne devez pas présenter plus de 6 images par style.
    C’est largement suffisant pour que l’éditeur se fasse une idée sur l’orientation de votre travail. Au-delà, vous allez diluer la qualité de votre proposition. Si vous présentez un seul style, cette contrainte ne s’applique pas.
  5. Vous ne devez pas utiliser votre Book pour illustrer la progression de la qualité de votre travail.
    Cela n’a aucun intérêt (à part pour flatter votre ego). Vous devez proposer un travail constant, cohérent, affirmé.
  6. Votre sélection doit présenter des travaux qui se complètent avec du rythme :
    présentez des points de vue différents, des émotions différentes, des décors, des expressions du visage, des interactions entre les différents personnages.
  7. Réservez une ou deux pages pour y présenter des croquis
  8. Réservez une page pour des recherches personnelles et différentes du reste de la sélection

2. Choisir le Mauvais Format pour votre Book peut Totalement Gâcher votre Entretien

Vous vous rendrez compte que beaucoup d’artistes issus d’écoles d’Art présentent leurs images dans de grands formats, représentées par des reproductions de (très) bonne qualité, à l’intérieur d’un porte-documents joliment décoré.

L’avis de beaucoup de Directeurs Artistiques que j’ai rencontrés est le suivant :
Ces books sont très peu pratiques à consulter (grand format) et les artistes y attachent trop d’importance personnelle – ce qui les rend même moins ouverts à la critique constructive que les autres.

Si vous utilisez le même grand format que certaines écoles d’Art vous conseillent, cela peut donc nuire à l’efficacité et la lisibilité de vos images, ainsi qu’à votre progression professionnelle.

Que vous soyez issue d’école d’Art ou pas, je vous conseille de changer de format de Book pour quelque chose de plus léger, pratique et moins encombrant.

Le Book est un support, et non une oeuvre

Ce n’est pas votre Book que vous « vendez ». Le Book n’est qu’un moyen de représenter votre travail.

Les éléments superflus distraient l’éditeur et l’empêchent, lorsqu’il sollicite son imagination, d’associer votre univers aux critères de la maison d’édition qu’il représente.

Vous “vendez” votre travail, pas votre Book. N’imaginez pas ce Book comme une oeuvre.

Le Book doit se contenter de votre espace personnel

Vous devez être capable de tenir votre Book d’une seule main, en étant debout (sans support, donc), et de tourner les pages avec l’autre main sans avoir besoin d’espace supplémentaire.

Ce test est important afin de savoir si vous serez capable de sortir rapidement votre Book dans un coin sur le stand d’un éditeur bondé de monde, ou entre deux portes, et de le présenter à un éditeur sans trop de difficultés pour tourner les pages. S’il vous faut plus d’espace, alors votre Book n’est pas prêt.

Choisissez le bon format pour votre Book dès maintenant en suivant les conseils suivants :

  1. Choisissez un format pratique (A4, A3 maximum) :
    en effet, il sera beaucoup plus facile pour l’éditeur de le consulter, même sur un coin de table. Ceci est d’autant plus pratique si certaines de vos images alternent format horizontal et format vertical.
  2. Choisissez des couleurs neutres.
    Un Book noir, avec des feuillets plastiques (sans spirale si possible, car elles peuvent se déformer). Insérez des feuilles noires (fond uni) dans chaque feuillet en plastique
  3. Ne placez qu’un maximum de deux images par page.
    Certaines images clé doivent occuper une page entière. Vos images ne doivent pas être en compétition pour l’attention de l’éditeur. Elles ne doivent surtout pas se cannibaliser.
  4. N’alternez pas trop souvent les formats verticaux et horizontaux (très fatigant lors de la consultation du Book)
  5. Laissez beaucoup d’espace libre autour de vos images.
    Ceci les valorise et permet à l’éditeur de concentrer son attention sur ce que vous lui proposez.

 

Apprenez à cibler et démarcher les éditeurs

Etre Publié

Etre Publié : Apprenez à Cibler et Démarcher les Editeurs

Je vous dis exactement par où commencer à démarcher, comment constituer votre portfolio, quand et comment relancer les éditeurs.

→ Apprenez à Démarcher

 

3. Maîtriser le Rythme de votre Book Garantit le Maintien de l’Attention de l’Editeur

Votre Book doit être rythmé et raconter une histoire. Evidemment je ne parle pas là du fait de raconter une histoire au sens littéral du terme, mais plutôt de diriger l’expérience que va vivre l’éditeur en consultant votre Book.

Diriger l’expérience et équilibrer votre sélection

Comme un film ou une bande-dessinée, il est important que vous structuriez une “trame” tout au long de votre présentation pour maintenir le niveau d’attention de l’éditeur au maximum.

Voici ce qu’il se passe lorsque vous présentez votre Book à un client :

Un portfolio classique

L’attention du client potentiel est limitée dans le temps et chute inévitablement après quelques minutes.

Maîtriser le rythme de votre sélection d’images va vous permettre de maintenir le niveau d’attention de votre interlocuteur plus longtemps, et vous permettre d’obtenir le résultat suivant :

Un portfolio rythmé

Ceci représente votre objectif.

Voici comment rythmer votre Book :

  1. Déterminez les images fortes de votre sélection.
    Elles se différencient par :

    1. leur charge émotionnelle
    2. leur composition (formes, couleurs, etc)
    3. leur pertinence.
  2. Afin de faciliter le choix de ces images fortes :
    Si vous deviez choisir les 4 images qui représentent le mieux la qualité de travail, lesquelles choisiriez-vous? Une fois cela fait, vous aurez identifié les images fortes de votre sélection.
  3. Pour valider la pertinence du choix de ces images fortes,
    privilégiez les images présentant des personnages et qui racontent une histoire (amitié forte, amour, tristesse, colère, désespoir). Si aucune émotion forte ne peut être ressentie, c’est que vous avez peut-être fait l’erreur de confondre « image forte » et « démonstration technique ». Retournez à l’étape 1.

    • Sur -au minimum- 2 de ces 4 images fortes, les personnages doivent occuper plus de 50% de l’image (dans sa hauteur, ou sa largeur). A moins que la petite échelle du personnage serve véritablement la composition de l’image et lui permette de gagner en émotion, vous réduisez votre marge d’erreur en misant sur des personnages et des émotions fortes, facilement visibles et identifiables.
    • Faites en sorte que sur l’1 de ces 4 images un personnage regarde droit dans les yeux du lecteur. Ceci permet de capturer l’attention de manière temporaire et ralentit la baisse d’attention.
  4. Placez ces 4 images à intervalles réguliers (ex : places 1, 5, 9, 13, 21, en fonction de votre sélection), sur une page recto/droite :
    La page de droite est celle qui se découvre lorsqu’on tourne une nouvelle page. C’est celle qui accroche le regard de celui qui parcourt le Book. Vos images fortes méritent toute l’attention de votre interlocuteur, réservez-leur cette place.

Respectez ces points essentiels et vous aurez multiplié l’efficacité de votre sélection.

4. Augmentez votre crédibilité grâce à vos références

Votre objectif est d’influencer de manière positive la perception de votre travail. Si vous avez des références pertinentes, elles peuvent constituer un atout non négligeable.

Le but n’est évidemment pas d’avoir la grosse tête mais de suggérer le fait que :

  • vous avez de l’expérience (comment paraître professionnel lorsqu’on débute?)
  • vous savez travailler dans les conditions réelles du travail (validation technique)
  • communiquer avec vous ne constitue aucun problème (validation sur le plan relationnel) – (N’oubliez pas : vos qualités techniques ne représentent que 50% de ce qui constitue votre valeur, vos qualités relationnelles représentent le reste)
  • des professionnels vous ont fait confiance à plusieurs reprises (stabilité)
  • envisager donc de travailler avec vous ne présentera aucune mauvaise surprise (ni technique, ni relationnelle)

Au niveau professionnel, tout client/éditeur préfèrera travailler avec une personne à la qualité de travail et la personnalité constantes et stables, plutôt que de prendre des risques avec un génie instable.

Vous rendez service à l’éditeur/client en précisant vos éléments de référence car cela l’aidera dans sa prise de décision pour vous différencier de l’ensemble des autres illustrateurs/photographes/etc qui se présenteront à lui.

Ces références viendront minimiser la perception du risque que constitue le fait de travailler avec vous pour la première fois.

Listez vos clients précédents, sous condition

Vous connaissez maintenant le principe : il ne vous faut mettre en avant qu’une sélection d’images limitée et pertinente.

Si vous avez travaillé avec un petit magazine local, ne l’ajoutez pas dans votre liste. Chaque nom doit mériter sa place dans votre liste, et ne pensez pas « je l’ajoute tout de même, c’est mieux que rien« .
Ne citez un nom que si vous êtes sûr et certain qu’il évoquera une pensée positive à votre client.

Listez vos précédentes publications… sous condition

Encore une fois soyez certain de valider la pertinence de ces publications en fonction de l’éditeur/client que vous rencontrez.

Si vous avez été publié 10 fois dans « Heavy Metal Magazine » et que vous proposez votre travail pour un magazine pour jeunes filles âgée de 6 à 9 ans, vous comprenez que la pertinence de cette mise en avant sera très limitée.
Si cela vous parait évident, je vous assure que la plupart des illustrateurs créent 1 seul Book non modulable et le présentent à un maximum d’éditeurs sans vérifier avant chaque entretien la pertinence de leur proposition. Agir ainsi est aussi peu constructif que l’exemple cité ci-dessus.

Le cas du diplôme d’Ecole d’Art

Ce cas est assez particulier. Etre diplômé ne vous garantit que peu de facilités. Comme tout autre illustrateur, la qualité de votre travail sera jugée principalement.

Si votre travail n’est pas au niveau, si votre sélection n’est pas pertinente, vous échouerez.

L’aspect positif que peut – a priori – vous apporter le fait d’être diplômé est :

  • le fait d’avoir étudié avec un professeur reconnu professionnellement pour ses qualités (transfert de crédibilité)
  • le fait d’avoir éventuellement développé des projets dans des conditions proches des contraintes professionnelles

Si vous ajoutez le nom de votre Ecole à la liste de vos références, cela ne suffira pas et vous aurez tout intérêt à mettre en avant les deux points cités ci-dessus et exposer en quoi cela peut être pertinent aux yeux de votre interlocuteur.

Voici comment lister vos références :

  1. Limitez la présentation de vos références à une seule page dans votre portfolio (combinez noms de clients et publications).
  2. Proposez un aperçu de max 3 images par référence.
    Ceci signifie donc que les aperçus de ces images doivent être petits. Le but est de faire comprendre que vous avez une expérience professionnelle effective, et non de mettre en avant le contenu de vos images lui-même

    • Si ces images font partie de votre sélection pour le Book, elles apparaîtront de toute manière à nouveau à une plus grande échelle.
  3. Proposer cette page de références de manière indépendante au portfolio (feuille volante et indépendante)
    afin qu’elle puisse être visible tout au long de la consultation de votre Book. Ceci permet à votre client de remettre certaines images dans leur contexte (« Je vois que ces images ont été publiées chez Casterman? Intéressant.« )

Si vous n’avez pas de référence à citer

Vous n’avez pas d’inquiétude à vous faire : si votre proposition est suffisamment cibléepertinente, et que vous avez effectué une préparation efficace grâce à cet article que je vous propose, vous aurez créé le contexte favorable pour réussir votre entretien.
J’ai même travaillé avec Casterman à 23 ans sans avoir aucune référence (ni diplôme d’Ecole d’Art car je suis autodidacte, ni publication).

Vous connaissez la différence entre un auteur à la recherche de son premier contrat depuis des mois et celui qui est publié : une simple signature de contrat.

Retenez ceci :

A un certain niveau de compétence, certaines références ont beaucoup moins d’importance. Sachez aussi que certains éditeurs privilégient le travail avec les autodidactes car ils apprécient leur fraîcheur et – s’ils ont structuré leurs développement professionnel – la liberté graphique et thématique qui les caractérise.

5. Votre attitude détermine entièrement le niveau de succès de l’entretien

L’efficacité d’un Book ne peut s’exprimer que dans le cas où votre comportement lors de l’entretien est cohérent avec ce que vous proposez.
Votre attitude constitue donc un élément essentiel pour maximiser l’efficacité de votre Book.

Soyez avant tout vous-même. N’essayez pas d’impressionner qui que ce soit, et faites en sorte d’être toujours à l’écoute.
Une bonne préparation est essentielle.

Observez le comportement de l’éditeur, partez du principe que toute réaction/réponse (même négative) constitue une information précieuse pour construire votre réussite. Accumulez un maximum d’informations, afin d’avoir le temps de les décrypter plus tard.

L’erreur à ne surtout pas commettre

La pire des erreurs que vous pourriez commettre serait de vous laisser abattre (prendre toutes ces critiques à la lettre) ou au contraire d’être hermétique à la critique (« de toutes façons c’est mon style, je changerai pas« ).

Etre réactif et non méthodique constituerait la pire des erreurs que vous pourriez commettre.

N’oubliez pas que cette réussite se construit sur du long terme, ce que vous apprenez aujourd’hui aura toujours son importance un jour ou l’autre. Ne soyez pas impatient, et sachez être méthodologique quant à l’approche de votre objectif de publier votre premier livre.

Un moment clé de l’entretien

Soyez attentif afin d’identifier le moment clé où l’éditeur aura forgé son opinion sur vous et votre travail.
Avec l’expérience vous devriez être capable de l’isoler avec certitude. Au début, votre intuition pourra également vous guider.

Votre travail est intéressant… comment dire…

  1. Si vous sentez que la suite de la phrase sera négative, acceptez-le fait rapidement et profitez-en pour poser toutes les questions importantes pour vous permettre d’évoluer.
    En quoi votre travail l’a-t-il intéressé? En quoi l’a-t-il laissé indifférent?
    Votre objectif principal devient la collecte d’informations concernant le ressenti de l’éditeur et les conseils concrets que vous pouvez collecter afin de progresser.
    Votre capacité à réorienter votre objectif principal en cours de conversation déterminera votre réussite future.
  2. Si au contraire sa réponse se dirige vers le positif, pensez déjà :
    Quand allons-nous nous revoir?
    Concrètement, quelle est la suite à donner à cet entretien?
    Dans quelles proportions cet éditeur a-t-il l’habitude de donner des réponses positives qui restent sans suite?”De manière subtile, essayez de tester son engagement.
    Par exemple : “Je suis ravi de voir que mon travail vous plait, qu’envisagez-vous pour la prochaine étape?
    C’est la réponse à cette question qui vous intéresse? N’y allez pas par quatre chemins, soyez direct. N’oubliez pas le sourire.

Retenez bien cela :

Votre capacité à réorienter votre objectif principal en cours de conversation déterminera votre réussite future.

Votre attitude pendant l’entretien

Un dernier point qui me semble assez important.
Retenez-le.

Imprimez-le.

Affichez-le sur votre réfrigérateur.

Pensez-y nuit et jour mais ne faillissez pas à cette règle.

Ne parlez pas tant qu’on ne vous l’a pas demandé.

Attention, je ne dis pas que vous devez vous taire et être simplement à disposition.

Le déroulement de l’entretien en détails

  1. Présentation – les deux parties discutent
  2. Découverte – Réflexion – Mise en situation : concerne l’éditeur qui fait un effort d’imagination pour découvrir votre travail et tenter de l’associer à son catalogue. Si vous voulez le déconcentrer, parlez de votre parcours et du pourquoi de chaque image, à chaque fois qu’il tourne une page. Vous brûlerez toutes vos chances de réussite et ne ferez que le pousser à mettre fin à l’entretien. Vous aimez votre travail, vous êtes passionné, c’est bien. Mais ça vous joue des tours. Soyez patient…. et taisez-vous ( 🙂 ).
  3. Si votre travail a intéressé l’éditeur, il posera toutes les questions qu’il considère importantes de sa propre initiative. Vous pourrez enfin parler librement, faire part de vos envies, de vos convictions, votre parcours, des conditions de travail auxquelles vous aspirez.
    S’il n’est pas intéressé, c’est ici qu’il mettra fin à l’entretien. A moins qu’il ne soit très poli.
  4. La dernière phase concerne la mise au point sur la suite à donner à cet entretien

De manière générale faites preuve d’assurance, de patience, soyez pertinent et tout se passera bien.

Je le répète : vos objectifs sont d’obtenir une réponse positive ou de savoir en quoi votre travail ne peut encore être considéré comme abouti.
Si vous remplissez l’un de ces deux objectifs vous pourrez être satisfait de vous et vous aurez des atouts supplémentaires pour avancer sur votre chemin.

Conclusion

La réalisation de votre rêve/objectif demande un long travail de patience, de rigueur, de remise en question permanente et de persévérance.
Soyez méthodique, agissez différemment de la plupart des artistes sur le marché, et vous progresserez de manière rapide.

Je ne peux pas garantir vos résultats (ce serait irresponsable) mais j’ai pris le temps d’écrire cet article pour vous donner les conseils qui m’ont permis d’obtenir les meilleurs résultats et la publication de ma toute première collection.

Mettre en oeuvre l’ensemble des conseils va vous demander du travail, je ne vous mentirai pas. Mais cela fonctionne.

Pour en savoir plus sur les formations citées :

Etre Publié

Etre Publié : Apprenez à Cibler et Démarcher les Editeurs

Je vous dis exactement par où commencer à démarcher, comment constituer votre portfolio, quand et comment relancer les éditeurs.

→ Apprenez à Démarcher

Réussir son Book en ligne

Comment réussir votre Book en ligne

Une méthode efficace et pratique pour constituer un Book qui vous représente, valoriser votre travail et séduire les éditeurs.

→ Améliorez votre Book en ligne

 

ACTION

Pour que ce soit pratique pour vous, j’ai préparé une fiche pratique pour mettre tous ces conseils en oeuvre très facilement.
Téléchargez la fiche pratique pour composer dès aujourd’hui un Book efficace à présenter aux éditeurs afin de multiplier vos chances de réussir vos entretiens.
Vous y trouverez :

  1. Ma checklist « Le Book Efficace » que vous pouvez utiliser pour vous assurer d’avoir toutes les chances de votre côté
  2. Des scripts de conversations que j’utilise personnellement lors des entretiens avec les éditeurs
Une Vie Riche - Téléchargez vos fiches pratiques offertes

Et si vous pensez à un ou deux amis qui pourraient bénéficier de la lecture de cet article, n’hésitez pas à partager cette page avec eux.

PS: Une fois que vous aurez appliqué les conseils développés dans cet article, envoyez moi un email et dites-moi ce que vous en avez pensé. Je serais vraiment ravi de savoir comment cela a fonctionné pour vous.

ps2 : Si vous vous rendez au salon de Montreuil dans quelques jours, cliquez ici.